Les vieux amants de Saint Servan

Poind le camaïeu des gris sur Alet en ombre.
Et de ma plus vive émotion l’intense abonde.
Au soir d’un jour pluvieux surgit d’entre les nuages
Divine, féérique en flammes une lueur d’un autre âge .
Nos doigts se serrent, la grâce offerte, nous nous regardons
Si beaux amoureux allant sur la digue des Sablons,
Le pas nonchalant des fidèles amants, halant.
Nos corps vers Solidor en nuit,
nos cœurs vaillants.
Puis Sainte-Croix au néons, à la Concorde, nous rentrons

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :